Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 06 mai 2015

Chants : La Catholique

Quelques jours avant de rendre hommage à Jeanne d'Arc à Paris, nous reprenons notre diffusion des chants de tradition afin de les faire découvrir à nos lecteurs car ils sont aussi notre identité. Aujourd'hui, La Catholique qui est un chant magnifique et d'actualité.

(ci-dessous les paroles)

Lire la suite

jeudi, 06 octobre 2011

Le vin gaulois

Ce chant est généralement connu sous le titre Le Vin gaulois, mais également sous celui du Chant du glaive ou de Danse de l'épée. D'après l'étude de Théodore Hersart de la Villemarqué qui le cite dans son Barzaz-Breiz, le Gwin ar C'hallaoued conduisait les guerriers celtes au combat au VIe siècle quand ils luttaient contre les Francs.

Les sources du haut Moyen Age le confirment avec Grégoire de Tours dns son Historia Francorum (Histoire des Francs).

La mélodie de la Danse de l'épée se retrouve dans un manuscrit transcrivant des acclamations en usage dans l'Eglise du haut Moyen Age et remontant à Pepin le Bref.

Le chant a été introduit dans le répertoire français par le Père Doncoeur grâce à la publication de son célèbre receuil, Roland.

"Les historiens antiques racontaient l'effroi qui saisissait les combattants quand ils entendaient leurs adversaires entonner après leurs chefs les accents rude de cet aire sauvage. Il reste que ce chnat est une véritable relique, un rescapé des siècles, notre plus encien chant de combat, sorti tout armé de la mémoire populaire. Pour être chanté suivant l'usage antique, le meneur lance le couplet qui est repris par la troupe et enchaîné  sans temps mort avec le refrain. On peut alors imaginer les deux armées face à face avant la ruée. Dans l'espace qui le sépare encore, le héros vêtu de ses plus beaux ornements de guerre vient, suivant la coutume, provoquer dansun combat singulier le champion du camp adverse. En s'élançant, il entonne le Chant du glaive pendant que ses compagnons le reprennent, marquant le rythme en frappant leurs boucliers de leurs épées pour l'encourager."

T. Bouzard

 Vive le vieux vin de vigne,
le vieux vin gaulois!

TAN TAN ! TERRE ET CIEL 
CHÊNE FEU ROUGE ET SOLEIL 
TAN TAN GLAIVE CLAIR
FLOTS DE SANG VERMEIL.

Mieux que bière ou vin de pomme 
mieux vaut vin gaulois!

C'est le sang gaulois qui coule 
c'est le sang gaulois!

Chant du glaive bleu qui frappe 
chant du glaive roi!

Sang et vin mêlés ruissellent 
sang et vin gaulois!

Glaive maître des batailles 
glaive honneur à toi!

Qu'au soleil le fer flamboie
comme l'arc en ciel !

jeudi, 08 septembre 2011

La Blanche Ermine

J'ai rencontré ce matin devant la haie de mon champ 
Une troupe de marins, d'ouvriers, de paysans
Où allez-vous camarades avec vos fusils chargés
Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l'ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Où allez-vous camarades avec vos fusils chargés
Nous tendrons des embuscades viens rejoindre notre armée
Ma mie dit que c'est folie d'aller faire la guerre aux Francs
Mais je dis que c'est folie d'être enchaîné plus longtemps

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l'ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Ma mie dit que c'est folie d'aller faire la guerre aux Francs
Mais je dis que c'est folie d'être enchaîné plus longtemps
Elle aura bien de la peine pour élever les enfants
Elle aura bien de la peine car je m'en vais pour longtemps

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l'ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Elle aura bien de la peine pour élever les enfants
Elle aura bien de la peine car je m'en vais pour longtemps
Je viendrai à la nuit noire tant que la guerre durera
Comme les femmes en noir triste et seule elle m'attendra

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l'ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Je viendrai à la nuit noire tant que la guerre durera
Comme les femmes en noir triste et seule elle m'attendra
Et sans doute pense-t-elle que je suis en déraison
De la voir mon coeur se serre là-bas devant la maison

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l'ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Et sans doute pense-t-elle que je suis en déraison
De la voir mon coeur se serre là-bas devant la maison
Et si je meurs à la guerre pourra-t-elle me pardonner
D'avoir préféré ma terre à l'amour qu'elle me donnait

La voilà la Blanche Hermine vive la mouette et l'ajonc
La voilà la Blanche Hermine vive Fougères et Clisson

Et si je meurs à la guerre pourra-t-elle me pardonner
D'avoir préféré ma terre à l'amour qu'elle me donnait
J'ai rencontré ce matin devant la haie de mon champ 
Une troupe de marins, d'ouvriers, de paysans

lundi, 15 août 2011

L'Assomption

assomption.jpg Alors que la culture religieuse s'amenuise année après année dans nos pays de vieille chrétienté, il devient difficile de saisir la portée des grands fêtes liturgiques. La fête de l'Assomptionest logée à la même enseigne que les autres. Qui aujourd'hui peut dire en quelques mots la portée de cette fête célébrée le 15 août ?

Lire la suite

vendredi, 22 juillet 2011

Vive le Pinard !


Vive le Pinard ! par FranceActionJeunesse

 

Sur les chemins de France et de Navarre 

Le soldat chante en portant son bazar 
Une chanson authentique et bizarre 
Dont le refrain est : " Vive le pinard ! "

Refrain: 
Un ! deux! 
Le pinard c'est de la vinasse 
Ça réchauff' là oùsque ça passe 
Vas-y, Bidasse, remplis mon quart 
Viv' le pinard, viv' le pinard !

Aime ton pays, aime ton étendard, 
aime ton sergent, aime ton capitaine, 
aime l'adjudant même s'il a une sale gueule,
mais qu'ça n't'empêche pas d'aimer le pinard !

Une ! Deux !

 

 

lundi, 04 juillet 2011

Occident en avant

Paroles : Jacques Arnould

Occident, en avant,
Avant qu'il ne soit trop tard.
Venge les soldats tués au Drakkar
Par Assad et par Ivan.
Chrétienté, il est temps
De secourir le Liban chrétien ;
Il t'appelle depuis si longtemps
Et mourra sans ton soutien.


Ils sont venus armés par les rouges,
Avec des chars et de l'artillerie,
De Palestine et de la mer Rouge,
De Syrie pour chasser les Roumis.

Le dos à la mer ils résistent seuls,
Sous les obus dans les attentats,
Abandonnés par leurs frères veules,
Qui n'ont que mots pour ce Golgotha.

Honneur à Stéphane Zannetacci,
Qui des tigres rejoignit les faisceaux,
Pour garder libre la Phénicie,
À Beyrouth, tué à l'assaut.

dimanche, 29 mai 2011

Chant du Jura


Chant du Jura par FranceActionJeunesse

samedi, 14 mai 2011

La Vendéenne


La Vendéenne par FranceActionJeunesse

Où sont les braves d'israël
Pour défendre les causes saintes ?
Vous, les Chrétiens, sans lâches craintes
Debout, répondez à l'appel

Toujours chez nous, même au siècle où nous sommes,
Les vrais Français sont fiers d'être chrétiens.
Dieu, pour sa cause, aura des hommes
Tant que vivront des Vendéens.

L'impie au sourire moqueur,
Contre Dieu déclare la guerre.
Près de l'Eglise, notre Mère,
Unis, soyons hommes de coeur.

En vains, sur nous, l'impiété
Se déchaîne en rude tempête.
Nous passerons sans baisser la tête,
Fiers de notre fidélité.

Prier, dit-on, c'est s'amoindrir
Quel mensonge affreux de l'impie
Je m'estime mieux quand je prie,
Par Dieu je ne puis que grandir.

S'il faut vivre dans les combats
Et braver du monde la rage,
Soyons des hommes de courage
Des hommes qui ne tremblent pas.

Allons, sortant de ce saint lieu,
Dire au monde quels gens nous sommes,
Oui, nous saurons parmi les hommes
Défendre la cause de Dieu.

Jésus, qui vit dans notre coeur,
Avec nous conduit la bataille,

samedi, 23 avril 2011

La Madelon


La madelon par FranceActionJeunesse


Pour le repos, le plaisir du militaire 
Il est là-bas à deux pas de la forêt 
Une maison aux murs tout couverts de lierre 
"Aux tourlouroux", c'est le nom du cabaret 
La servante est jeune et gentille 
Légère comme un papillon 
Comme son vin, son oeil pétille 
Nous l'appelons la Madelon 
Nous en rêvons la nuit, nous y pensons le jour 
Ce n'est que Madelon, mais pour nous c'est l'amour.

Refrain: 
Quand Madelon vient nous servir à boire 
Sous la tonnelle, on frôle son jupon 
Et chacun lui raconte une histoire 
Une histoire à sa façon 
La Madelon pour nous n'est pas sévère 
Quand on lui prend la taille ou le menton 
Elle rit, c'est tout le mal qu'elle sait faire 
Madelon, Madelon, Madelon !

Nous avons tous au pays une payse 
Qui nous attend et que l'on épousera 
Mais elle est loin, bien trop loin pour qu'on lui dise 
Ce qu'on fera quand la classe rentrera 
En comptant les jours, on soupire 
Et quand le temps nous semble long 
Tout ce qu'on ne peut pas lui dire 
On va le dire à Madelon 
On l'embrasse dans les coins, elle dit : "Veux-tu finir ..." 
On s'figure que c'est l'autr', ça nous fait bien plaisir.

Un caporal, en képi de fantaisie 
S'en fut trouver Madelon un beau matin 
Et, fou d'amour, lui dit qu'elle était jolie 
Et qu'il venait pour lui demander sa main 
La Madelon, pas bête en somme, 
Lui répondit en souriant : 
- Et pourquoi prendrais-je un seul homme 
Quand j'aime tout un régiment ? 
Tes amis vont venir, tu n'auras pas ma main 
J'en ai bien trop besoin pour leur verser du vin !

vendredi, 25 mars 2011

Espérance

Le front penché sur la terre
J’allais seul et soucieux,
Quand résonna la voix claire
D’un petit oiseau joyeux.
Il disait : « Reprends courage,
L’espérance est un trésor
Même le plus noir nuage 
A toujours sa frange d’or. » (bis)


Lorsque le soir se fait sombre
J’entends le petit oiseau
Gazouiller là-haut, dans l’ombre,
Sur la branche au bord de l’eau.
Il me dit : « Reprends courage,
L’espérance est un trésor,
Même le plus noir nuage 
A toujours sa frange d’or. » (bis)

Mais il partit vers le Père
Et jamais ne le revis.
Je me penchai sur la terre
Et la contemplai, ravi.
Car il n’est que l’espérance
Pour animer notre cœur
Qui de nos plus noires souffrances

Sait toujours être vainqueur. (bis)

vendredi, 18 mars 2011

Les cosaques

1er couplet

Nous aimons vivre au fond des bois
Aller coucher sur la dure.
La forêt nous dit de ses mille voix :
Lance-toi dans la grande aventure.



2e couplet

Nous aimons vivre auprès du feu
Et danser sous les étoiles.
La nuit claire nous dit de ses mille voix :
Sois gai lorsque le ciel est sans voile.


3e couplet

Nous aimons vivre sur nos chevaux
Dans les plaines du Caucase.
Emportés par de rapides galops
Nous allons plus vite que Pégase.

dimanche, 26 décembre 2010

Vive les Chouans

 

 

Refrain :

 

Vive les chouans, les chouans, les chouans,

Vive les chouans du Morbihan ! (bis)

 

1. Ketan mar ou dès konbatet (bis)

Oé koet Kamorh, e hues kleuet. 

 

  2  A Quiberon avaient retrait, (bis)

       Poursuivis par l'égalité.

 

 

  3.   A Quiberon ils s'étaient rendus, (bis)

        Le piège des bleus était tendu.

 

 

  4.   Et de Quiberon quand ils partirent ! (bis)

        S'en furent dans le pré des martyrs !

 

 

  5.   Les chouans fidèles à Dieu, au Roi, (bis)

        A Quiberon sauvèrent leur Foi.

dimanche, 19 décembre 2010

Les Adieux Suisses

Nous étions trop heureux mon amie
Nous avions trop d'espoir et d'amour
Nous croyons nous aimer pour la vie
Mais hélas, les beaux jours sont si courts. (bis)


 

Le bonheur dure un peu sur cette terre
Entends-tu tout là-bas, le tambour
Mon doux cœur je m'en vais à la guerre
Ne crains rien jusqu'au jour du retour. (bis)


 

L'ennemi a franchi nos frontières
Il a pris nos maisons et nos champs
Pour reprendre le pays de nos pères
Il faut vaincre ou mourir bravement. (bis)


 

Tes baisers étaient doux à mes lèvres
Ton sourire était doux à mes yeux
Aujourd’hui tes larmes sont amères
Donne-moi le baiser de l'adieu. (bis)


 

Compagnons, si le sort veut que je meure
Retirez cet anneau de mon doigt
Mon amie est là-bas qui me pleure
Dites-lui cette bague est à toi. (bis)

vendredi, 03 décembre 2010

Vive Henri IV

 

 

Vive Henri IV
Vive ce roi vaillant ! 
Ce diable à quatre
A le triple talent
De boire de battre
Et d'être un vert galant.

Au diable guerres,
Rancunes et partis, 
Comme nos pères,
Chantons en vrais amis
Au choc des verres,
Les roses et les lys!

Vive la France,
Vive le roi Henri!
Qu'à Reims on danse,
Disant comme à Paris
Vive la France,
Vive le roi Henri

Chantons l'antienne
Qu'on chant'ra dans mille ans, 
Que Dieu maintienne
En paix ses descendants
Jusqu'à c'qu'on prenne
La lune avec les dents.

!

dimanche, 21 novembre 2010

La Cavalcade

1- Un jour dans la fusillade
Galopant à l'inconnu
Nous marchions en cavalcade
Tu étais mon camarade,
Celui que j'aimais le plus (bis)

2- Un cavalier par bravade
Des siens le plus résolu
Me porta son estocade
Ce fut toi mon camarade,
Ce fut toi qui la reçut (bis)

3- J'ai vengé l'estafilade
Que ce coup t'avait valu
Mais très tard dans la nuit froide
J'ai pleuré mon camarade,
Près de son corps étendu (bis)

4- Je suis ma route maussade
Et je chevauche sans but
Au hasard d'une embuscade
J'ai perdu mon camarade
Je ne rirai jamais plus (bis)

5- Prince écoute ma ballade
Et mon appel éperdu
Prie le Dieu des cavalcades
De placer mon camarade
A la droite de JÉSUS (bis)

dimanche, 14 novembre 2010

Les Lansquenets


Ce monde vétuste et sans joie,
Faïlala.
Croulera demain devant notre foi, Faïlala
Et nos marches guerrières
Feront frémir la terre
Au rythme des hauts tambours
des lansquenets
(3 derniers en bis)

Que nous font insultes et horions, Faïlala
Un jour viendra où les traîtres paieront,
Faïlala
Qu'ils freinent donc s'ils l'osent
Notre ascension grandiose
Que rythment les hauts tambours
des lansquenets
(3 derniers en bis)

Nous luttons pour notre idéal,
Faïlala
Pour un ordre nouveau et national, Faïlala
Et à l'heure dernière
Nous quitterons la terre
Au rythme des hauts tambours
des lansquenets
(3 derniers en bis)

Un jour nous irons au combat,
Faïlala
La croix celtique guidera nos pas, Faïlala
Que crèvent le marxiste
et le capitaliste,
Au rythme des hauts tambours
des lansquenets
(3 derniers en bis)

dimanche, 07 novembre 2010

Fleur d'épine

La mère qui m'a nourrie
N'a jamais connu mon nom Ohé !
La mère qui m'a nourrie
N'a jamais connu mon nom Ohé !
On m'appelle, on m'appelle,
On m'appelle Fleur d'Épine,
Fleur de Rose c'est mon nom.
Tralalalalalalala, Tralalalalalalala,
Tralalalalalalalalalalalalalalala. Ohé !

Fleur d'Épine, Fleur de Rose
C'est un nom qui coûte cher, Ohé !
Fleur d'Épine, Fleur de Rose
C'est un nom qui coûte cher, Ohé !
Car il coûte, car il coûte,
Car il coûte la moitié
De la valeur de cent écus.
Tralalalalalalala, Tralalalalalalala,
Tralalalalalalalalalalalalalalala. Ohé !

Qu'est-ce que c'est que cent écus
Quand on a l'honneur perdu ? Ohé !
Qu'est-ce que c'est que cent écus
Quand on a l'honneur perdu ? Ohé !
Car l'honneur, car l'honneur
Car l'honneur est l'privilège
Des fillettes de quinze ans !
Tralalalalalalala, Tralalalalalalala,
Tralalalalalalalalalalalalalalala. Ohé !

Ne fais donc pas tant la fière :
On ta vue hier au soir. Ohé !
Ne fais donc pas tant la fière :
On ta vue hier au soir. Ohé !
On ta vue, on ta vue
On ta vue hier au soir
Un gros bourgeois auprès de toi !
Tralalalalalalala, Tralalalalalalala,
Tralalalalalalalalalalalalalalala. Ohé !

Ce n'était pas un bourgeois
Qui était auprès de moi. Ohé !
Ce n'était pas un bourgeois
Qui était auprès de moi. Ohé !
Cétait l'om—, cétait l'om—
Cétait l'ombre de la Lune
Qui rôdait auprès de moi !
Tralalalalalalala, Tralalalalalalala,
Tralalalalalalalalalalalalalalala.

dimanche, 24 octobre 2010

Au 31 du mois d'Août

Ce chant traditionnel de la Marine raconte donc lhistoire véritable dun petit navire Français qui vainquit un navire Anglais bien plus gros que lui.

Le corsaire Surcouf commandait la "Confiance" et il captura le navire anglais "HMS Kent".

Ce chant à virer, qui est aussi un chant de guerre figurant au répertoire de la "Royale," est lun des plus célèbre de la marine française.

Le fait quil mette en scène la gloire monarchique,la lutte séculaire entre la "perfide Albion" (lAngleterre) et la France, la hardiesse des marins français, et son appel à lever le verre, tout cela nest assurément pas étranger à ce succès et à mon choix...

En voici une version par le Corps des Troupes de Marine.

Pour ma part, c'est ma préférée, de nombreuses autres mises en ligne ci et là étant plus orientées "chanson à boire"...




1. Au trente et un du mois daoût (bis)
Nous vîmes sous l vent à nous (bis)
Une frégate dAngleterre
Qui fendait la mer et les flots
Cétait pour aller à Bordeaux.

Buvons un coup,buvons en deux,
A la santé des amoureux
A la santé du Roy de France
Et merde ! pour le roi dAngleterre
Qui nous a déclaré la guerre.

2. Le capitaine au même instant (bis)
Fit appeler son lieutenant (bis)
Lieutenant te sens-tu capable
Dis-moi, te sens-tu assez fort
Pour l'aller crocher à son bord ?

Refrain.

3. Le lieutenant fier et hardi (bis)
Lui répondit : Capitaine, oui ! (bis)
Faites monter tout léquipage
Hardis gabiers, gais matelots
Faites monter tout l monde en haut.

Refrain.

4. Vire lof pour lof en arrivant (bis)
Nous labordâmes par son avant (bis)
A coup de hache, à coup de sabre
De pique, de couteau, de mousqueton
Nous lavons mis à la raison.

Refrain.

5. Que va-t-on dire de lui tantôt (bis)
A Brest à Londres et à Bordeaux (bis)
De sêtre ainsi laissé surprendre
Par un corsaire de quinze canons
Lui quen avait trente et si bons ?

dimanche, 17 octobre 2010

Chant : Les Partisans blancs

Dans le froid et la famine,
Dans les villes et dans les champs,
A l'appel de Dénikine,
Marchaient les Partisans Blancs.

Sabrant les troupes bolcheviques,
En ralliant les Atamans.
Dans leurs campagnes épiques,
Ils traquaient Trotsky tremblant.

C'est pour la Sainte Russie,
Pour la vieille tradition,
Pour la gloire et la patrie,
Que luttaient ces bataillons.

Votre gloire est immortelle,
Volontaires et Officiers Blancs,
Et votre agonie cruelle,
La honte de l'occident.

samedi, 09 octobre 2010

La piémontaise

Auteur anonyme . pour les uns cette chanson daterait de 1705, de la campagne d'italie prenant place dans la guerre de succession d'Espagne (1701-1714) http://fr.wikipedia.org/wiki/Guerre_d...
pour d'autres , elle ne serait pas plus ancienne que le début du 19e siècle (campagnes d'Italie de Bonaparte ? improbable vu les paroles "servir le Roi" ...) . elle fait en tous cas partie du répertoire militaire français ainsi que Suisse .

interprétation: album "chants des appelés /soldier's songs" , les armées françaises

Grands dieux! J'ai le cœur à mon aise
Quand j'ai ma mie auprès de moi
De temps en temps je la regarde
Et je lui dis : «embrasse-moi.»

Comment veux-tu que je t'embrasse
Quand on m'a dit du mal de toi?
On dit que tu pars pour la guerre
Dans le Piémont servir Le Roi.

Ceux qui t'ont dit cela , la belle,
Ils t'ont bien dit la vérité.
Mon cheval est à l'écurie,
Sellé, bridé, prêt à partir.

Quand tu seras dans ces montagnes
Tu ne penseras plus à moi.
Tu penseras aux piémontaises
Qui sont cent fois plus belles que moi.

Si fait, si fait, si fait, la belle,
Je penserai toujours à toi.
Je ferai faire une belle image
Toute à la semblance de toi.

Quand je serai à table à boire,
A mes camarades je dirai:
«Chers camarades, venez voir
Celle que mon cœur a tant aimé.»

Je l'ai aimée, je l'aime encore,
Je l'aimerai tant que je vivrai
Je l'aimerai quand je serai mort
Si c'est donné aux trépassés.

J'ai tant, j'ai tant pleuré pour elle
Que les moulins en ont tourné.
Petits torrents, grandes rivières,
Pendant trois jours ont débordé.