Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 05 août 2014

Cormeilles-en-Vexin : Bientôt un club de pervers dans le Vexin ?

Capture d’écran 2014-08-05 à 15.51.39.pngLe bâtiment de La Maison Cagna, le seul restaurant du Val-d’Oise doublement étoilé par le Guide Michelin, anciennement dirigée par son grand chef Gérard Cagna, à Cormeilles-en-Vexin, a été racheté par Jean-Luc Forlot et son épouse, Sonia, qui vont ouvrir, à la place, une boîte de nuit "échangiste".

Rencontres échangistes

«En gros, nous serons un club privé de rencontres libertines, avec des danseuses, stripteaseurs et stripteaseuses, dans lequel les clients pourront s’accoupler, écouter de la musique et profiter, par exemple, de danses privées dans des salons de charme. Cela va s’appeler Le Sainte-Jeanne, comme le relais installé ici avant La Maison Cagna», explique Jean-Luc Forlot. Ce Vexinois de 48 ans, originaire d’Ennery, avant tout entrepreneur dans le bâtiment, s’est lancé dans l’aventure du milieu de la nuit avec cette première affaire. «Notre établissement ouvrira ses portes fin juillet ou début août. Nous ferons une inauguration officielle au cours du mois de septembre, pour laquelle nous inviterons les représentants des collectivités et institutions publiques locales, ainsi que quelques personnalités du show-business», prévient-il. L’entrée au club, interdite aux moins de 21 ans, coûtera 100 euros aux hommes seuls, 50 euros aux couples et sera gratuite pour les femmes seules.

«Se faire plaisir»

Les clients se verront remettre une carte de membre lors de leur première visite. «Nous sommes ouverts aussi bien aux particuliers, qu’aux commerciaux “grand compte” et chefs d’entreprises désireux de faire plaisir à leurs clients», glisse Jean-Luc. Il lui aura fallu une année de travaux pour finaliser son projet.  Et pour le côté pratique, il a tout prévu : une grande terrasse, un parking surveillé, des limousines au départ de la porte Maillot, à Paris, un buffet dégustation (culinaire), un coin Vip, des barres de pole dance en salle, des canapés confortables, un grand lit rond pouvant accueillir six personnes en même temps «mais pas pour dormir», précise Jean-Luc, des douches géantes à l’italienne, des distributeurs de préservatifs, des pièces intimes «avec tout ce qu’il faut dedans» et pour l’ambiance, un superbe piano à queue.

Discrétion assurée

Connaissant pertinemment la demande de discrétion de sa future clientèle, «les photos et vidéos seront interdites à l’intérieur, tout comme le fait de toucher les stripteaseuses… Mais, entre eux, les clients et clientes pourront faire absolument tout ce qu’ils désirent», assure-t-il. Les boissons alcoolisées seront vendues 15 euros. Il faudra compter 8 euros pour celles sans alcool, et un minimum de 120 euros pour une bouteille de champagne (400 euros pour le Dom Pérignon). Par ailleurs, le couple Forlot espère obtenir prochainement une autorisation préfectorale pour que le club reste ouvert jusqu’à 6 heures du matin.
«Nous serons fermés les mercredis, mais il sera possible de privatiser le club pour des événements spéciaux. Tous les jeudis, nous proposerons des soirées à thème, comme des soirées “poésie et littérature érotiques”, avec des auteurs locaux, ou encore des barbecues parties.» Des idées, Jean-Luc et Sonia en ont plein, comme celle d’ajouter ensuite une piscine, un jacuzzi et un sauna. Voilà qui promet.

source : la gazette du Val d'Oise 

 

Les commentaires sont fermés.