Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 12 juillet 2014

Eoliennes : Vent de colère sur nos villages

villages_daniel_picot.jpgÉoliennes. L’implantation de quatre engins sur la commune d’Antoigné, un village du Saumurois, a bouleversé la vie de nombreux riverains. Témoignages.

Avec ses maisons anciennes nichées au coeur d’un paysage de collines arborées, le village d’Antoigné, 480 habitants, a longtemps incarné un idéal de douceur angevine. Le rêve bucolique a viré au cauchemar en 2010, avec l’inauguration d’un parc de quatre éoliennes voulu par la communauté d’agglomération de Saumur, le département et la région.

« Le projet a été lancé en 2005, raconte Jacqueline Derouard, présidente de l’association Antoigné sous le vent. Malheureusement, notre collectif s’y est opposé trop tard et nous avons été déboutés par le tribunal administratif. Au départ, le promoteur et les élus nous ont “vendu” les éoliennes avec mille promesses. Elles étaient supposées produire 18 millions de kilowatt heures par an, soit la consommation de 8 000 personnes. Elles allaient éviter l’émission de 1000 tonnes de CO2 par an… En réalité, les propriétaires des terrains accueillant ces éoliennes ont gagné beaucoup d’argent, mais les habitants ont été dupés, car le coût est très élevé pour la collectivité. La production d’énergie annoncée est loin d’être atteinte et c’est notre environnement qui est bouleversé par cette installation prétendument propre. »


« Une éolienne, c’est un monstre de 120, parfois 150 mètres de haut, qui tourne même la nuit, fait du bruit et clignote. Cela se voit à 30 kilomètres ! précise Bernadette Kaars, présidente de l’association Vent d’Anjou. Vivre au quotidien avec l’une de ces machines devient vite un enfer. À Antoigné, la vue est désormais brisée par ces quatre monstrueuses tours de fer. »

Une éolienne produit des flashes (blancs le jour, rouges la nuit) mais il y a parfois des ratés, qui peuvent durer une semaine : « Lorsqu’un éclair blanc illumine régulièrement votre maison en pleine nuit, il est impossible de dormir, raconte une riveraine. Les flashes rouges sont moins violents mais, quand le temps est humide, cela crée un nuage rougeâtre très désagréable. Et, bien sûr, il ne faut plus jamais espérer voir un ciel étoilé ! »

Les éoliennes causent surtout du bruit, variable selon la puissance du vent et le relief du terrain. Au-dessous de 15 tours par minute, le bruit est comparable au ronflement d’un petit avion tournant dans le ciel. Au-delà, le seuil de tolérance est dépassé, selon Jacqueline Derouard : « On dirait un martèlement, comme des basses très fortes, qui interfèrent avec vos battements de coeur. Cela devient physiquement insupportable. La nuit, on entend toujours ce martèlement, comme une machine à laver dans laquelle vous au riez mis une chaussure ! En été, on ne peut dormir avec les fenêtres ouvertes, on croit devenir fou ! »

La nuisance est aussi sociale. Un riverain se plaint : « Lorsque les éoliennes tournent, impossible de déjeuner dehors ou de faire une soirée avec des amis. Les gens ne veulent plus venir chez vous… » Bernadette Kaars dénonce encore la chute des prix de l’immobilier à proximité des éoliennes : « Nos maisons perdent jusqu’à 40 % de leur valeur. Et la clientèle des gîtes ruraux baisse tellement qu’ils n’ont plus qu’à fermer. »

À Tigné, non loin d’Angers, une affaire a été plaidée par l’avocat Ivan Jurasinovic : « Mes deux clients, Sylvie et Fabrice, avaient eu le coup de foudre pour une maison de campagne en plein vignoble du Layon. En naviguant sur Internet, ils ont appris qu’un projet de six éoliennes était en cours à cet endroit précis. Le propriétaire-vendeur n’avait rien dit pour ne pas baisser son prix : la cour d’appel d’Angers a annulé la vente et, pour sa mauvaise foi, l’a condamné à payer 18 000 euros de dommages et intérêts au jeune couple. »...Lire la suite...

source : valeurs actuelles

Commentaires

Je vous complimente pour votre article. c'est un vrai œuvre d'écriture. Poursuivez .

Écrit par : auto ecole paris 19 | dimanche, 20 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.