Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 juin 2014

Tuerie de Bruxelles : Une affaire Merah II

4425469_3_812f_capture-d-ecran-de-la-video-de-surveillance_49584b80c7444e6c0e71d873857d5ad1.jpgLe jeune Belge blessé samedi dans l'attaque contre le Musée juif de Belgique, à Bruxelles, est mort dimanche 25 mai de ses blessures, ce qui porte à quatre morts le bilan de l'attentat (un couple de touristes israéliens et une Française ont également été tués).

 

L'attaque a eu lieu samedi 24 mai à 15 h 50, rue des Minimes, au Sablon, un quartier chic du centre de la capitale belge. Une porte-parole du parquet a annoncé dimanche que l'auteur de la fusillade était « probablement seul » et« bien préparé ». Un appel à témoins a été lancé par la justice belge pour retrouver l'auteur de l'attaque.

La porte-parole du parquet a affirmé que « toutes les pistes » restaient« ouvertes » et que la justice ne pouvait confirmer qu'il s'agissait d'un « acte terroriste ou antisémite ».

 

source : le monde

 

 

Medhi Nemmouche : certains ont-ils parlé trop vite ?

 

Marc Crapez est chercheur en science politique associé à Sophiapol (Paris-X). Son dernier ouvrage, Un besoin de certitude a été publié chez Michalon. Vous pouvez également retrouver ses chroniques sur son site.


C'est un islamiste qui serait l'instigateur de l'attentat antisémite de Bruxelles. Pourtant, c'est l'extrême-droite ou le populisme que beaucoup avaient mis sur le tapis. Ainsi, la Ligue des droits de l'homme belge désignait-elle sans hésiter comme responsable le «contexte européen d'une montée en force des idées d'extrême-droite».

En France, le maire communiste de Montreuil, Patrice Bessac, accusait immédiatement les «forces d'extrême-droite [qui] attisent des haines». Dans le journal Le Mondeun sociologue affirmait que la «première hypothèse renvoie à l'extrême-droite», puis extrapolait doctement sur «l'espace idéologique ouvert aujourd'hui pour des ‘loups solitaires' s'inspirant d'un antisémitisme d'extrême droite et agissant isolément, ou presque».

Les premières accusations visaient à influencer l'opinion, appelée à voter le lendemain aux élections européennes. Un blog illustre l'ambiance à chaud: «Un grand merci à tous les populistes, c'est grâce à leurs discours, réducteurs, haineux, stigmatisants qu'on se retrouve à vivre de tels actes». Un journaliste de LCP (La Chaîne Parlementaire) twitte ce mot d'ordre: «Veille des élections 1 attentat antisémite frappe Bruxelles. Demain, il faut barrer la route au populisme dans les urnes».

Quant aux régimes d'extrême-droite, ils ont disparu de la surface de la planète depuis 30 ans. En revanche, l'islamisme est bel et bien le danger majeur.

Certains sont incorrigibles. L'extrême-droite avait déjà été désignée à tort à deux reprises: lors de la tuerie de Toulouse, en mars 2012, et lors de l'épisode du tireur de Libération, en novembre 2013. Entre temps, en juin 2013, lors de l'affaire Clément Méric, on n'allait pas tarder à découvrir que les militants d'extrême-gauche étaient ceux qui, au départ, avaient agressé ceux d'extrême-droite.

Il se confirme que le cas Breivik demeure isolé. Par ailleurs, les partis d'extrême-droite n'ont plus grand chose à voir avec les partis factieux des années 30. Quant aux régimes d'extrême-droite, ils ont disparu de la surface de la planète depuis 30 ans. En revanche, l'islamisme est bel et bien le danger majeur.

source : le figaro

 

Tuerie de Bruxelles : une affaire Merah II

Les similitudes entre les tueries perpétrées par Mohammed Merah et celle qui a eu lieu à Bruxelles la veille des élections européennes sont confondantes, notamment pour les gros médias qui ont fait preuve de la même tartufferie.

NL'homme soupçonné d'être l'auteur de la tuerie commise au Musée juif de Bruxelles, le 24 mai, a été arrêté vendredi à Marseille. Agé de 29 ans, il est originaire de... Roubaix. Cet homme, qui est soupçonné d'avoir tué 4 personnes, a été arrêté en possession d’uneKalachnikov et d’un revolver du type de ceux utilisés dans la capitale belge. Le suspect est également accusé de s’être rendu en Syrie en 2013 aux côtés des djihadistes avant de rentrer en Europe en mars 2014. Il était fiché pour ces raisons par la direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Merah était allé en Afghanistan et il était également connu des services de police.

Les médias français avaient, dès le 24 mai, dénoncé le "populisme". L'individu était de type "européen". Mehdi Nemmouche est déjà connu des services de police. Après 4 incarcérations pour conduites sans permis et voies de fait, il a été incarcéré en 2007 dans une affaire de braquage. L'attaque d'une supérette à Tourcoing lui a valu de passer 5 ans en prison à Grasse. Lors de cette dernière détention, il s'est illustré par son prosélytisme extrémiste et l'appel à la prière collective en promenade. Après s'être radicalisé au cours de ses séjours en prison, il se rend en Syrie, après être passé par la Belgique, la Grande-Bretagne, le Liban et la Turquie. De retour d'un séjour en Asie du Sud-Est, il est repéré par la police allemande qui signale sa présence à la DGSI. Une fiche de surveillance est alors élaborée. 

Les commentaires sont fermés.