Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 juin 2014

Réforme territoriale : un nouveau coup porté contre l'Etat Nation ?

France_anciennes_provinces_1789.jpg« Après des semaines de tergiversations » rappelle Le Monde, «dans une tribune envoyée dans la soirée de lundi 2 juin à plusieurs titres de presse régionaux, François Hollande a annoncé vouloir un passage de 22 à 14 régions métropolitaines, dans le cadre du projet de réforme territoriale du gouvernement ». Celui sera soumis au débat parlementaire en juin. « Dans le détail, les régions Aquitaine, Nord-Pas-de-Calais, Corse, Ile-de-France et Provence-Alpes-Côte d’Azur restent inchangées (…). Les régions Poitou-Charentes, Centre et Limousin vont, en revanche, fusionner, tout comme les régions Basse et Haute-Normandie. Le projet de réforme prévoit également le rapprochement des régions Alsace et Lorraine, ainsi que la fusion de la Picardie et de la Champagne-Ardenne (…). Auvergne et Rhône-Alpes vont également être réunis, tout comme la Bourgogne et la Franche-Comté, ainsi que Midi-Pyrénées et Languedoc-Roussillon ».

 « Selon François Hollande, cette carte des nouvelles régions, qui seront de taille européenne et capables de bâtir des stratégies territoriale, «prend en compte les volontés de coopération déjà engagées . Le président souhaite que les 14 nouvelles grandes régionsaient «davantage de responsabilités. En cas d’adoption de la réforme en l’état, elles seront la seule collectivité compétente pour soutenir les entreprises et porter les politiques de formation et d’emploi, intervenir sur les transports, « des trains régionaux aux bus en passant par les routes, les aéroports et les ports », ou encore gérer les lycées et les collèges».


 « Pour parvenir à ces objectifs, le président souhaite que les régions disposent  de moyens financiers propres et dynamiques  et qu’elles soient gérées par des assemblées de taille raisonnable  : ce qui veut dire moins d’élus. François Hollande affiche en ce sens l’« objectif » d’une « révision constitutionnelle » pour supprimer le conseil général en 2020, mais  de façon progressive ».

 N’en doutons pas, ce projet de réforme va faire du bruit et soulève déjà préventivementl’opposition prévisible  de potentats locaux du PS, mais aussi de  beaucoup de Français qui contestent le caractère parfois artificiel des fusions  envisagées qui ne tiennent souvent aucun compte de la réalité humaine,  historique, culturelle des régions.

 Ce n’est un secret pour personne, les nationalistes, dont France Action Jeunesse, défendent les enracinements régionaux, les particularismes locaux, les patries charnelles que sont nos provinces. Autant d’attaches, d’identités particulières qui sont des points d’ancrage pour nos compatriotes face  au monde gris, multiculturel et uniforme d’ «hypernomades » qui est l ’horizon final du mondialisme.

 Nos régions sont la substance même de notre nation. Ce qui ne nous empêche  évidemment pas de dénoncer résolument les mouvements indépendantistes qui font le jeu du mondialisme en tant qu’alliés de revers de ceux qui à Bruxelles comme ailleurs,  veulent abattre les Etats nations.

 Or c’est bien l’intégrité de l’Etat nation, nous allons le voir,  héritier du travail inlassable de centralisation, de consolidation du Royaume mené inlassablement  par les rois de France, qui est visé ici.

 Il est d’ailleurs  hautement symbolique que le secrétaire d’État à la Réforme territoriale, nommé par M. Hollande le 9 avril,   soit André Vallini, député PS, nous le rappelions sur ce blog,  qui en 2005 voulait changer les paroles de La Marseillaise pour y inclure un « refrain mondialiste » :  « Aux peuples de la Terre,  Ouvrons tout grand nos cœurs,  Ensemble, ensemble,  Faisons naître un monde meilleur »: « Allons enfants de nos vingt-cinq pays, une ère nouvelle est arrivée. » Et un refrain européiste : «Dans le ciel de l’Europe unie, flotte le drapeau étoilé, flotte le drapeau étoilé. Souvenons-nous du temps naguère, qui nous a tant déchirés. Et demain plus jamais la guerre, mais de l’amitié et la paix »…

 En 2003, dans son livre d’entretien « La réaction, c’est la vie ! », Bruno Gollnisch notait déjà,  à la fois dans une optique d’enracinement, d’ efficacité et de respect du contribuable  que « de tous les pays de taille et de population comparables, la France a le plus grand nombre d’institutions politiques et administratives avec des conséquences dramatiques en matière de chevauchements, d’irresponsabilités, de gaspillage, de bureaucratie de corruption. Un toilettage est nécessaire. 36 000 communes, 100 départements, 22 régions, nous avons jusqu‘à sept niveaux d’administration dans certains endroits : l’arrondissement, la commune, la communauté urbaine, le département, la région, l’Etat, l’Europe!  Mon sentiment personnel c’est de garder les 36 000 communes, symboles de libertés et de traditions, mais au dessus de ces communes je crois que l’idéal serait de remplacer nos 100 départements et nos 22 régions par 35 provinces environ qui seraient en même temps rectorats d’académie pour l’enseignement, ressorts de cours d’appel pour la justice etc.».

 Le besoin de repères basiques, en l’espèce l’attachement manifesté par nos compatriotes à l’échelon départemental rendrait peut être ce vœu manifesté alors par Bruno impopulaire. Pour autant, son jugement réitéré en avril 2013 dans l’hémicycle duConseil régional de Rhône-Alpes sur la folie budgétivore emporte l’adhésion du plus grand nombre :  «la dérive des régions est telle que l’on pourrait s’interroger sur la légitimité de leur existence qui fait de la France un pays suradministré par rapport aux autres pays développés de taille moyenne.»

 

 « A titre d’exemple le Japon, dont le territoire est moins large que le nôtre, beaucoup plus étiré et morcelé, a des besoins administratifs comparables sur le plan de la géographie, mais plus du double des nôtres si l’on tient compte de ses 127 millions d’habitants.»

 « Or, il a 4 fois moins de communes, 2 fois moins de départements. Il ignore les communautés urbaines (les départements métropolitains en tiennent lieu). Il ne connaît pas l’échelon régional. Il a deux fois moins de ministres, cent députés de moins, cent sénateurs de moins, 2 fois moins de fonctionnaires. Est-il pour autant un pays plus mal géré ? Non ! Y rencontre-t-on plus de sans-abri ? Non ! La sécurité y est-elle moins bien assurée ? D’évidence, non ! »

 Bruno Gollnisch rappelait aussi fin avril dans un entretien accordé à La Gazette de Dijon qu’il est favorable à une réforme territoriale qu’il «  réclame depuis des années » …Mais certainement pas de la  manière dont elle était déjà pressentie et présentée il y a quelques semaines  par Manuel Valls.

 « Je demande par exemple que les régions cessent de s’occuper de tout affirmait l'euro-député FN. Je vois qu’au moins sur ce point on retourne-enfin !- à plus de bon sens, en supprimant la  compétence générale qui leur permettait de financer tout et n’importe quoi, y compris des ambassades à Bruxelles ! Mais le reste du projet est aberrant : Plus on parle de réduire le mille-feuille administratif dont nous avons le record mondial, plus on en ajoute une tranche !La dernière en date est le projet de  Métropoles  qui empiète sur les compétences des communes, des départements, et des régions ! ».

 « Egalement, la suppression des élus des départements, et la réduction des régions de 23 à une dizaine, annoncée par Manuel Valls, me paraît effarante : cela aboutirait à éloigner encore les élus des électeurs. Les citoyens ne pourraient plus peser sur la gestion des départements. On constituerait des Länder conformes aux traditions allemandes, mais totalement étrangères aux nôtres ».

 « Cela faciliterait les visées hégémoniques des Eurocrates de Bruxelles. Cela n’économisera pas un centime. L’expérience souvent malheureuse de l’intercommunalitéle démontre, hélas ! Si l’on veut diminuer le nombre d’élus –pourquoi pas ?-, commençons par ramener le nombre de députés à 500 grand maximum au lieu de 577, les Sénateurs à 250 au lieu de 348, à élire la moitié des conseillers départementaux à la proportionnelle, et à investir une fraction d’entre eux du soin de gérer une institution régionale très allégée…Je fais ces propositions à titre personnel ».

 Enfin, indiquons encore que dans sa tribune publiée hier, François Hollande a aussi annoncé le report des élections pour ces futures grandes régions et pour les conseils départementaux de mars « à l’automne 2015 ».

 

 Or,  comme l’a expliqué une analyse parue sur le site de Lyon Capitale le 26 mai, « les résultats des européennes peuvent donner espoir au Front National de conquérir des régions. Selon nos estimations (il)  devancerait les blocs de droite et de gauche en Haute-Normandie, Lorraine, Nord-Pas-de-Calais, Picardie et Provence-Alpes-Côte-d’Azur ».

 « Ses simulations ne tiennent pas compte de la réforme territoriale voulue par le Gouvernement qui fusionnerait plusieurs régions. Ces regroupements pourraient, dans certains cas, amoindrir l’avance de l’extrême droite, ou la confirmer comme dans l’hypothèse d’une collectivité unique Nord-Pas-de-Calais/Picardie, où le FN dépasserait le tiers des suffrages exprimés ».

 « Dans les régions où il ne virerait pas devant au second tour, le FN ne serait cependant pas, comme en 1998, en situation d’arbitre. Le mode de scrutin a en effet été modifié en 1999 et assure aux listes arrivées premières la majorité absolue au second tour. Cette prime majoritaire, censée écarter la pression exercée par le FN, conduirait in fine le parti de Marine Le Pen à pouvoir diriger, malgré des majorités relatives, des conseils régionaux ».

 On le constate une nouvelle fois,  un mécanisme mis en place pour handicaper l’opposition nationale, freiner sa progression,  est désormais susceptible de se retourner contre leurs auteurs…

source : gollnisch.com modifié

Commentaires

ceci ne fait que confirmer le fait que Hollande a été élu pour démolir la France, il ne s'en cache pas mais les Français ne le croient pas encore. C'est si gros! et pourtant Valls l'a répété.
Donc il faut bien le comprendre, l'admettre afin de pouvoir agir et éviter cette catastrophe.
Que l'Europe telle qu'elle est conçue et réalisée soit un produit de la volonté américaine ne fait aucun doute maintenant, elle est mortifère. le Pouvoir financier qui gère le monde anglo-saxon est, par nature, contre la Vie, il faut absolument s'arracher de ses griffes si nous voulons rester des Hommes.
Plus on tarde, plus cela sera violent.

Écrit par : LEPAGE | mardi, 17 juin 2014

Les commentaires sont fermés.