Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 03 avril 2014

Nouveau gouvernement : de la poudre aux yeux !

boulevard-voltaire-magicien-565x250.jpgJamais, dans l’histoire de la Ve République, un changement gouvernemental n’a permis d’inverser une lourde tendance de déficit de popularité. L’annonce du nouveau gouvernement ne fera pas exception…

Avec Manuel Valls, François Hollande brûle trop tôt sa dernière cartouche en mettant en avant son ministre le plus populaire. Les prochaines semaines verront peut-être une légère embellie dans les sondages mais, sur le fond, cela ne changera rien. Cela pourrait même desservir le Catalan de Matignon car ce poste est une arme à double tranchant et Valls pourrait très vite servir de catalyseur à tous les mécontentements et voir ainsi son ascension de 2017 stoppée net.


Mais le plus consternant, dans ce grand cirque de communication, est la poudre aux yeux savamment lancée au visage des Français. On pourrait résumer la situation par le célèbre « tout ça pour ça ». À part deux entrants, le reste des ministres exécute un remarquable jeu de chaises musicales.

Ségolène Royal, qui a un talent certain et des convictions tranchées, est placée dans le placard de l’Écologie alors qu’il semblait plus pertinent de l’imaginer à l’Intérieur, à l’Éducation ou à la Justice. Benoît Hamon qui, lui non plus, n’a pas démérité avec quelques lois allant dans le bon sens pour le consommateur, hérite de l’Éducation nationale. Une façon, pour Hollande, de continuer à tenir idéologiquement ce ministère à la gauche de la gauche.

Reste enfin – et surtout – le cas Taubira. Cette dame a menti deux fois au Français, les yeux dans les yeux, et garde pourtant son poste ô combien stratégique. Jérome Cahuzac, en son temps, a été cloué au pilori avec moins de clémence. Alors que notre confrère Philippe Bilger met en lumière un nouveau mensonge probable concernant des doctorats inexistants, on en vient à se demander par quels moyens de pression le garde des Sceaux arrive ainsi à se maintenir. On ne nous fera pas croire que Manuel Valls a de l’estime pour elle, lui qui avait jadis écrit au Président pour dénoncer la dangerosité de sa réforme pénale.

Notons tout de même que l’on évite au passage la nomination de Julie Gayet à la Culture en conservant Aurélie Filippetti, qui aura sans doute profité de son bon résultat aux municipales à Metz.

Circulez, il n’y a rien à voir. C’est en quelque sorte le message adressé aux Français par un président de la République qui n’a finalement rien compris aux résultats de dimanche dernier. Les Français ne veulent plus de sa politique et encore moins du copinage gouvernemental. Sans non plus plagier l’ère Sarkozy en faisant de l’ouverture, on peut regretter l’absence de quelques têtes issues de la société civile… Anne Lauvergeon a été une brillante présidente d’AREVA ; Nicolas Hulot a une réelle expérience en écologie. Bref, les possibilités étaient nombreuses mais, une nouvelle fois, François Hollande a décidé de ne pas choisir, pour notre plus grand malheur.

source : boulevard voltaire

Les commentaires sont fermés.