Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 16 février 2014

Réduction de 75% de l'abonnement transport pour les clandestins en Ile-de-France : 10 millions d'euros par an avec la complicité de l'UMP

aide-medicale-de-etat-ame-991-63eed.jpg"Campagne nauséabonde", "radicalisation du discours", "déclarations mensongères",… Les élus n'avaient pas de mots assez durs début février, pour qualifier la proposition faite par Valérie Pécresse en commission permanente du Conseil régional d'Ile-de-France.

La chef de file de l'opposition UMP dénonce la réduction de 75% de l'abonnement transport accordée, selon elle, à près de 125 000 étrangers en situation irrégulière, bénéficiaires de l'AME (aide médicale d'Etat) et vivant en région parisienne. Elle a demandé officiellement la suppression de cette "aide injuste et injustifiée".

Dans un communiqué, le président (PS) du Conseil régional, Jean-Paul Huchon, rappelle que c'est un gouvernement de droite, le gouvernement Raffarin, qui a décidé dès 2004 d'étendre l'aide sociale aux transports de 50 % aux bénéficiaires de la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) et de l'AME, dont les clandestins. "Le groupe UMP n'a manifestement pas la mémoire de ses propres votes puisqu'en 2012, ce dernier conduit par Valérie Pécresse, a voté la reconduction des conventions relatives à la tarification sociale en Ile-de-France, et notamment la réduction portée à 75% pour les bénéficiaires de l'AME."

Enfin, l'exécutif régional conteste les chiffres avancés par Valérie Pécresse. "Le coût pour la région de la tarification sociale pour les bénéficiaires de l'AME est de 10 millions d'euros par an" et non 100 millions  comme le calculait l'ex-ministre UMP du budget. Il concernerait moins de 110 000 personnes sur les 600 000 Franciliens bénéficiant des aides au transport.

"Madame Pécresse a l'air de dire que c'est injuste, que les clandestins seraient plus aidés que les Franciliens pauvres. C'est faux !" assène  Pierre Serne (vice président EELV du Conseil régional en charge des transports). "Les plafonds de ressources pour obtenir ces aides sont les mêmes." Des réactions qui ne perturbent pas la principale intéressée. "Il n'est pas normal que quelqu'un qui enfreint les lois de la France en étant illégalement sur le territoire touche une aide quand un Francilien qui gagne plus de 8 000 € par an (le plafond pour l'AME et la CMU) n'y a pas droit".

source : Le Parisien


Solidarité transport : mode d'emploi

 

La tarification solidarité transport en Ile -de-France est accordée sous conditions de ressources :

 

Gratuité : elle est accordée aux allocataires du RSA (Revenu de solidarité active) socle (Moins de 630€ par mois) et aux chômeurs titulaires à la fois de la CMU-C (couverture maladie universelle complémentaire) et de l'ASS (allocation de solidarité spécifique). En septembre 2013, 314 418 personnes en bénéficiaient.

 

Réduction du passe navigo jusqu'à 75% :

 

Concerne les chômeurs titulaires de l'ASS mais ne bénéficiant pas de la CMU-C, ainsi que les bénéficiaires  de la CMU-C et de l'AME.

 

En septembre 2013, 329 226 personnes étaient concernés, dont un peu moins de 110 000 pour l'AME  

 

 

Les commentaires sont fermés.