Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 10 janvier 2014

Pierrelaye : Le Val d'Oise est la décharge de Paris

Pierrelaye, décharge, plaine de Pierrelaye, Paris, Grand Paris, Metro ExpressLe projet de la ville de Paris a déjà fait bondir le président du Conseil général du Val-d’Oise, Arnaud Bazin (Dvd) ainsi que la chambre d’agriculture d’Île-de-France.

La capitale souhaite en effet utiliser sa propriété située autour de la ferme de la Haute-Borne, à Méry-sur-Oise, pour y mettre en décharge les millions de tonnes de terre issus du creusement des tunnels (205 km) du futur métro automatique (Grand Paris Express).

Un projet qui s’inscrit dans le cadre de la future forêt de Pierrelaye, en panne de financement.

Mais pour Bernard Bertucco Van Damme, conseiller d’opposition (Dvd) de Saint-Ouen- l’Aumône, même si «cette proposition paraît alléchante, le compte n’y est pas».


L’élu rappelle que la ville de Paris «a déversé pendant un siècle ses excréments sur la plaine de Pierrelaye». Il craint la pollution qu’induirait le projet. «La première opération, retrousser les sols pollués sur 50 cm pour les confiner dans des bâches, représente 180 000 tonnes de terre, l’équivalent de 3 700 camions. La deuxième opération, apporter 11 000 000 de m3 de déchets industriels banals, issus du creusement du métro Grand Paris Express représentera 15000 000  de tonnes, l’équivalent de 300 000 camions. Même si l’opération dure 10 ans, c’est pas moins de 100 à 150 camions par jour sur l’A115.»

L’élu estime donc que «dans le cadre du statut pollueur/payeur, la Ville de Paris et le Siaap ne peuvent s’en tirer à si bon compte et redorer ainsi leur blason, surtout que le Val-d’Oise, hormis l’aéroport Charles-de-Gaulle, n’est pas dans le tracé du Grand Paris Express.»

Bernard Bertucco Van Damme s’interroge en outre, comme la chambre d’agriculture d’Île-de-France, sur le devenir des 500 autres hectares de la plaine. «Pour s’en tirer à bon compte, il faut que la Ville de Paris et le Siaap  nous dédommagent des diverses pollutions subies», affirme l’élu.

source : La gazette du Val d'Oise

Les commentaires sont fermés.