Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 31 octobre 2013

La coalition des mécontents inquiète le gouvernement

PHO9c78eaee-4186-11e3-823f-5e442ec762c8-805x453.jpgHollande veut éviter la contagion à d’autres secteurs de la grogne contre l’écotaxe. Après la suspension de l’écotaxe par le premier ministre mardi, le gouvernement espère avoir réussi à calmer l’agitation qui montait en Bretagne, et menaçait de s’étendre à l’ensemble de la France.

À la rentrée de septembre, alors que le pire lui était promis, notamment sur la réforme des retraites, un ministre de poids se réjouissait : «Les Français ne sont pas dans un état d’esprit prérévolution­naire.» Ce n’est toujours pas le cas. Mais l’enchaînement de l’affaire ­Leonarda et de l’épisode de l’écotaxe a fait dangereusement monter la température de plusieurs crans.

«C’est autour de la table qu’il faut se retrouver, pas forcément dans la rue», a estimé la Bretonne Marylise ­Lebranchu sur France 2. Le sujet a été abordé en Conseil des ministres. Signe que le gouvernement et l’Élysée s’inquiètent d’une possible radicalisation de la contestation, la ministre de la ­Réforme de l’État a haussé le ton d’un cran à l’issue de la réunion. «La rue ne sera pas le lieu de la négociation avec le gouvernement, ni de la sortie de crise», a-t-elle ainsi prévenu. […]

En relais, le patron des députés socialistes, Bruno Le Roux, l’a assuré de son côté: «Il n’y a plus de raisons de manifester.» Du moins sur l’écotaxe… Car au-delà de ce nouvel impôt, incarné physiquement par les portiques installés au-dessus des routes, comme en d’autres temps les octrois à l’entrée des villes, c’est toute la colère fiscale des Français qu’a réveillée la taxe poids lourds. […]

Or depuis son arrivée au pouvoir, c’est justement ce que François Hollande cherchait à éviter: fournir au ressentiment français une raison de se mobiliser contre le pouvoir. C’est aussi ce qui avait motivé la semaine dernière sa décision de proposer à Leonarda, jeune Rom kosovare expulsée du territoire, de revenir en France mais sans sa famille. Il s’agissait alors de faire retomber la mobilisation des lycéens qui menaçait de prendre de l’ampleur. En clair d’acheter une sorte de paix sociale, quitte à en payer le prix en terme de crédibilité politique. La décision de suspendre l’application de l’écotaxe relève de la même logique. À la différence près que le prix à payer augmente au fur et à mesure que s’enchaînent les reculades. […]

Le Figaro

Les commentaires sont fermés.