Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 21 février 2013

Villiers-le-Bel : "Coups de feu entre jeunes des quartiers"

bus-feu-300x168.jpgLes violences entre quartiers de Villiers-le-Bel refont surface. Cinq jeunes ont été mis en examen et écroués mardi soir après une confrontation musclée entre habitants du quartier du Puits-la-Marlière, d’un côté, de la ZAC et des Bleuets de l’autre. 

Les faits se sont produits dimanche vers 14h30. Cela commence par plusieurs coups de feu qui claquent. Les détonations sont entendues au niveau de la place des Tolinettes, sur l'avenue Salvador-Allende. Les policiers de la BAC sont alors alertés et interviennent. Ils apprennent que le tireur présumé, qui aurait fait usage d'une arme à blanc n'ayant fait aucun blessé, a été violemment pris à partie par ses victimes. Les amis qui l'accompagnaient, à bord d'une voiture, ont apparement pris la fuite en direction de PLM.

Frappé, le tireur présumé a été embarqué de force dans une Renault Clio, subissant ensuite des violences dans l'habitacle avant d'être relâché, blessé assez sérieusement. 


Les fonctionnaires de police ont pu interpeller peu après 15 heures les quatre occupants de la Clio, qui s'étaient garés tout près de là, allée des Bleuets. Trois d'entre eux portaient encore sur leurs vêtements des traces du sang de leur victime. Agés de 18 et 19 ans, ils ont été placés en garde à vue. 

Saisis de l'affaire, les enquêteurs de sûreté départementale du Val d'Oise ont retrouvé la trace de la victime, qui ne s'était pas manifestée. Agé de 17 ans, le jeune homme s'était déplacé à l'hôpital dimanche soir pour y recevoir des soins. Il était ensuite rentré chez lui. Examiné par un médecin des UMJ, il s'est vu délivrer dix jours d'incapacité (ITT). Lui aussi a été placé en garde à vue dans le cadre de cette affaire.

L'origine des faits serait une nouvelle embrouille encore indeterminée entre les jeunes des eux quartiers. Une information judicaire a été ouverte par le parquet de Pontoise. Les quatre occupants de la Clio ont été mis en examen pour violence en réunion entraînant une ITT de plus de juit jours et séquestration. Celui qui pourrait être l'auteur des coups de feu a été mis en examen, pour sa part, pour violences avec arme.

source : Le Parisien

Les commentaires sont fermés.