Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 26 décembre 2012

"Un peuple qui n'honore pas ses morts n'a plus d'avenir"

150x150x2012-12-23-voeux-bruno-gollnisch-4-3-150x150.png.pagespeed.ic.pcKgqBOre1.pngBruno Gollnisch (député européen) évoque magnifiquement, sur son blog, "ce culte de tous les temps et de toutes les civilisations. Les morts, les pauvres morts ont de grandes douleurs disait Beaudelaire, dans l'un de ses très beaux poèmes, consacré à la tombe abandonnée d'une "servante au grand coeur" qui avait veillé sur son enfance. Car la France d'aujourd'hui maltraite ses morts. Au nom de la rentabilité, depuis quelques années, on n'a plus le droit de reserver, comme on pouvait le faire autrefois- à grand prix ! - une concession perpetuelle. Les défunts eux-mêmes sont soumis à la précarité. Tout au plus peut-on les héberger 30 ans au maximum. Passé cette date, il faut renouveller ce que j'appellerai, en quelque sorte, le loyer de la concession... si les héritiers y pensent, s'ils le peuvent et s'ils sont toujours là ! Dans un village des Ardennes où j'ai quelques origines familiales, on m'a parlé de la tombe du fils unique de l'ancien forgeron. Il avait forgé lui-même la grille qui entourait l'emplacement où reposait son fils unique, tué à 20 ans à la guerre de 1914-18. C'était, dit-on, une très belle grille, avec un beau crucifix. Le forgeron est mort aussi et sa famille s'est éteinte après lui. Récemment, on a "repris" la tombe ; la grille et la croix sont parties à la décharge". Et Bruno Gollnisch de poursuivre par cette très belle réflexion, digne de Barrès : Ainsi, rien n'échappe, dans notre société moderne, pas même les morts, à la loi de l'apparente rationalité marchande et la précarité qu'elle engendre. Non pas la précarité inhérente au temps qui passe dans un monde où rien n'est éternel, non pas l'impermanence des choses telle que la conçoit la sensibilité extrême-orientale, mais la rotation forcée, voulue, fruit du matérialisme et de l'impiété de notre génération. "Quelle importance ?" diront beaucoup. "Pourquoi se soucier des restes inertes de ceux qui nous ont précédés, et qui n'éprouvent plus rien ?" Ceux qui pensent ainsi ont tort. Un pays n'est pas seulement la propriété de ceux qui y vivent ; mais aussi de ceux qui y ont vécu. Effacez leur souvenir, et vous déclarez la terre ouverte à tous. Vita mortuorum in mémoria est posita vivorum ; la vie des morts est de survivre dans l'esprit des vivants disait Cicéron et, plus près de nous, Chateaubriand : les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts : les morts, au contraire, instruisent les vivants. Disons-le tout net : un peuple qui n'honore pas ses morts n'a plus d'avenir. D'autres viendront, qui progressivement prendront la place des amnésiques, et ne coloniseront pas que ses cimetières. Car tout se tient. 

Barrès avait bien compris le lien charnel qui existe entre la terre et les morts. C’est que la terre de France n’est pas seulement la propriété des soixante millions de personnes qui y vivent aujourd’hui, et dont on ne sait trop s’il faut les qualifier d’habitants ou de nationauxElle appartient aussi au milliard d’êtres humains qui, depuis l’aube des temps historiques y ont vécu, travaillé, souffert, aimé, et qui, si souvent, ont donné leur vie pour elle.

 

En honorant nos morts, en respectant la dernière et intangible demeure, à laquelle ils ont droit, nous nous relions à eux, qu’ils fussent riches ou pauvres, glorieux ou humbles : Dona eis, Domine, requiem sempiternam.”

 

source : Rivarol 

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.