Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 05 juillet 2012

Champigny : le commissariat de la cité visé par des tirs de mortier

2077843_04fc2a9a-c61d-11e1-b73b-00151780182c_640x280.jpeg«Il va vraiment finir par sauter, ce commissariat », lançait hier une habitante du Bois-l’Abbé à Champigny, sourire crispé aux lèvres, au vu des nombreux incidents constatés dans ce quartier sensible. La veille au soir, vers 22 h 30, le commissariat et son parking avaient essuyé de nouveaux tirs de mortier. Presque un an jour pour jour après des échauffourées entre policiers et jeunes l’été dernier. 


« Je regardais la télévision et j’ai entendu un gros bruit. Je me suis dit : ça y est, ça recommence. » De sa fenêtre, cet habitant a une vue imprenable sur la place Rodin et les lieux de l’incident.

Un policier légèrement blessé par un débris


« J’ai vu des pétards grimper haut et retomber en faisant des couleurs. Comme un feu d’artifice. C’étaient de gros engins : si quelqu’un les prend en pleine face, c’est fini pour lui… Mais je n’ai pas vu qui les lançait, seulement d’où ça venait. » Un policier a été légèrement blessé à la cheville par un débris incandescent et un mortier non explosé a également été découvert dans un fourré du mail Rodin un peu plus tard. De son poste d’observation, ce voisin a également aperçu le jeu du chat et de la souris qui a suivi entre policiers, renforts de la brigade anticriminalité (BAC) et jeunes. A l’issue de cette course-poursuite, deux jeunes, à peine majeurs, ont été interpellés : l’un a été identifié comme l’un des auteurs des tirs et était toujours en garde à vue hier soir ; son comparse a été arrêté pour détention de cannabis et pour une autre affaire. « C’était impressionnant mais ça n’avait rien à voir avec l’été dernier. Cette fois-là, c’était vraiment le bazar », poursuit le voisin. Le 3 juillet 2011, neuf mineurs avaient été interpellés et quatre d’entre eux convoqués devant le juge des enfants. Même jets de projectiles et deux interpellations le 22 février.

« Je n’ai pas vu le feu d’artifice sur le commissariat mais cela fait une semaine qu’on entend des pétards dans le square Lully juste à côté, constate cette autre habitante du quartier. C’est régulier. Mais on n’en parle pas vraiment, un peu par peur sans doute. » Hier, trois petits impacts étaient toujours visibles sur la façade du commissariat de la cité.

source : le parisien

Les commentaires sont fermés.