Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 juin 2012

Il a créé un soda pour financer la construction de mosquées

2059814_c052314c-bbf8-11e1-8401-00151780182c_640x280.jpegCommercialiser un soda pour aider à financer la future mosquée de Goussainville, pour laquelle la municipalité s’apprête à céder un terrain aux constructeurs. Voilà l’idée lancée par un jeune habitant de la commune, Fami Yassa, 27 ans.

Baraka Cola, c’est le nom de cette boisson, est déjà en  de gondole dans trente points de vente en Ile-de- : épiceries, restauration rapide et supermarchés halal, comme celui tout proche du centre commercial des Olympiades. 

 

La bouteille d’un litre et demi est vendue autour de 1,50 €.


« Depuis que j’ai eu cette idée voici un an, je n’ai plus une minute à moi, sourit Fami Yassa, qui vit depuis toujours dans le quartier Ampère. Je démarche tout seul de nouveaux dépositaires et j’assure les livraisons. Ce produit m’a séduit car toutes les générations le consomment. C’est un fabricant, distributeur de boissons en gros près de Nantes qui l’a conçu. Moi, j’ai eu l’idée de ce conditionnement personnalisé. Mes études de  ont montré une vraie demande et un fort potentiel communautaire. Il y a un vrai créneau. » Le nom du soda, dit-il, « est un clin d’œil aux musulmans mais aussi aux Français, qui emploient volontiers ce terme issu de l’arabe pour désigner la chance ».

Déjà 8 000 bouteilles commercialisées

Le Baraka Cola est-il halal? « Non, répond Fami Yassa. Ce terme ne concerne que la viande. Mais on le trouve dans de nombreux points de vente fréquentés par des musulmans. J’aimerais qu’il s’impose comme un produit communautaire, tout comme, par exemple, le Breizh Cola est développé en Bretagne. Ensuite, avec mes moyens, je peux faire œuvre de solidarité. »

Le dépliant publicitaire du Baraka Cola l’annonce sans ambages : « 10% des bénéfices reversés pour la construction de mosquées. » « Je sais que mon initiative sera critiquée dans certains milieux ou qu’elle fera peut-être polémique. Mais je suis fier de mon projet. »

En un peu plus d’un mois, Fami Yassa a commercialisé près de 8000 bouteilles. Son objectif : 100000 ventes par an.

Les commentaires sont fermés.