Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 juin 2012

Dominique Fitremann, en campagne pour... le roi dans la 6ème circonscription du Val d'Oise

Dominique-Fitremann.jpeg"Vous pensiez que les royalistes vivaient tous dans des châteaux ?" En ouvrant la porte de son F1 au rez-de-chaussée d’un HLM de Montmagny, Dominique Fitremann rit de son petit effet. "Et oui, il y a aussi des royalistes qui vivent sous le seuil de pauvreté !" Avec 600 à 700 euros par mois, ce petit bout de femme de 56 ans, au chômage depuis plus d’un an, se présente aux élections législatives sous la bannière Alliance Royale.


Sur les murs de son appartement, les affiches "la France mérite mieux que la république" et les posters de Marie-Antoinette côtoient les livres d’histoire de la monarchie. D’ailleurs, Dominique Fitremann connaît son histoire de France sur le bout des doigts. "Je suis royaliste depuis que je suis enfant. Je n’ai jamais cru mes profs quand ils disaient du mal du roi".  Elle adhère à l’Alliance Royale dès sa création, en 2001.

"Chez nous on a aussi des gauchistes"
En tout, 34 candidats ont été investis par le parti royaliste pour le scrutin de juin. Outre le retour à la monarchie, le parti plaide aussi pour l’introduction de la démocratie directe dans le vote des lois, à l‘instar de certains cantons suisses ou pour la division de l’Assemblée Nationale en quatre corps, représentatifs de la diversité française (les collectivités territoriales, les salariés, les entrepreneurs et les familles).

Un parti qui se veut au dessus des clivages partisans. Quand on lui parle de proximité avec l’extrême droite, Dominique Fitremann s’indigne : "C‘est un mensonge de la république ! Vous savez, chez nous on a aussi des gauchistes !" Le FN est d’ailleurs le parti qu’elle aime "le moins".

"C’est intimidant"
Côté pratique, cette novice en politique fait campagne depuis son petit appartement. Impression des tracts, promotion sur les réseaux sociaux... Et ce jeudi, c’est la première fois qu’elle se rend sur le marché "je voulais y aller mardi mais je n’avais plus de cartouches pour l’imprimante". La main un peu tremblante, elle tente de convaincre les passants, assez peu inspirés par le retour à la monarchie. "C’est un peu intimidant tout de même !". Mais plus que le tractage, Dominique Fitremann mise aussi beaucoup sur la retransmission du jubilé de la Reine d’Angleterre ce week-end : "Ça, c'est sûr, ça va nous rapporter des voix !", espère-t-elle.

La royaliste du Val d’Oise aura face à elle François Scellier, député sortant de la circonscription, UMP, opposé à son ancien suppléant, Luc Stehaiano qui se présente en dissident. En 2009, lors des élections européennes, Alliance Royale avait fait à peine 0,1% au niveau national. Mais Dominique Fitremann ne se pose pas la question. "Si je me présente, c’est pour vaincre".

source : metro.com

Les commentaires sont fermés.