Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 22 avril 2012

Ils tombent après un braquage qu'ils n'ont pas commis

 Le vol à main armée qui s’est déroulé dimanche au bar-tabac du quartier des Merisiers, à Jouy-le-Moutier, a eu des conséquences en cascade. L’agression s’est produite à l’ouverture, vers 8 heures, quand trois malfaiteurs s’attaquent au gérant du commerce. La victime est aspergée de gaz lacrymogène et rouée de coups par les trois voleurs qui s'emparent du fond de caisse et de cartouches de cigarettes.


Ils s'apprêtent à partir, quand la soeur du gérant arrive. Non content de leur butin, ils la forcent à entrer dans la boutique et tentent de lui arracher son sac à main. Entre-temps, le gérant s'est remis sur pied et s'empare d'un katana avec lequel il parvient  à les mettre  en fuite. Les suspicions se tournent très vite vers un jeune du quartier des Forboeufs, toujours à Jouy-le-Moutier.

Mercredi, les gendarmes se présentent chez lui pour l'interpeller. Finalement, les prélèvements ADN le mettent hors de cause. Manque de chance pour lui, il fait l'objet d'une fiche de recherche pour deux peines de prison de trois et six mois qu'il n'a pas purgées, il est donc écroué. Par ailleurs, lors de la perquisition, les gendarmes découvrent des cartes bancaires volées en début de semaine, mai aussi une boute à bijoux et un portefeuille provenant d'un cambriolage commis en septembre dernier. Un scooter, dérobé lors de ce cambriolage, est même garé devant le logement. Deux frères du premier suspect, âgés de 16 et 19 ans, sont soupçonnés d'avoir commis ces vols, malgré leur dénégations. Il devront s'expliquer devant le tribunal le 5 juin. Enfin, un quatrième qui a insulté les gendarmes, est convoqué devant la justice le 15 octobre. 

source : Le Parisien

Les commentaires sont fermés.