Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 14 février 2012

Cergy : Les musulmans manifestent après la garde à vue d'une femme voilée

cergy_pontoise.jpgIls étaient entre 100 et 150 à défiler avec banderole et panneaux entre la gare de Cergy-Prefecture et l'hôtel de police de la ville, samedi après-midi, à l'appel des collectifs SOS Islamophobie et Cheikh Yassine.

Un rassemblement organisé en réaction à la garde à vue d'une jeune femme voilée de Conflans, Sabrina, jugée "humiliante et disproportionnée" par ses proches.



Les faits remontent à mercredi dernier. Vers 17h30, les policiers patrouillent dans la gare de Pontoise "dans le cadre d'une opération abituelle de sécurisation sur réquisition du procureur", indique Frédéric Auréal, le directeur départemental de la sécurité publique du Val d'Oise. Les agents somment une jeune femme qui vient de passer frauduleusement le tourniquet d'aller acheter un billet. Accompagnée de son amie Sabrina, elle s'exécute, mais la situation dégénère. Contrôle d'identité. Le ton monte encore d'un cran, et Sabrina est finalement interpellée puis placée en garde à vue. "Ils se sont mis à cinq pour la menotter !", dénoncent ses proches. La jeune femme, âgée de 20 ans, est libérée le lendemain soir. Entre temps, Naïma, sa mère, a alerté divers collectifs et ouvert une page facebook appelant à la manifestation de samedi pour dénoncer les conditions de cette arrestation. 

"Nous voulons juste pousser un cri d'alarme et faire valoir nos droits", s'insurge Naïma. "Ce n'est pas pour engendrer de la haine mais pour sensibiliser les gens", renchérit un dirigeant de SOS Islamophobie. Car pour eux, pas de doute, "c'est l'islam qui est visé". Ils reprochent d'ailleurs aux policiers d'avoir contraint Sabrina à enlever son voile au commissariat. "Tout s'est déroulé dans les règles, sous contrôle de l'autorité judiciaire, affirme de son côté Frédéric Auréal. À aucun moment cette interpellation n'a eu un motif discriminatoire. Son foulard lui a été retiré et consigné, dans le cadre de sa garde à vue, pour sa sécurité, comme c'est le cas pour toute personne."

Si le collectif Cheikh Yacine, mouvement connu pour ses positions véhémentes contre la loi antiburqua, était là, c'était pour "encadrer la manifestation et éviter tout débordement", précise Naïma. Pas contre, ajoute-t-elle, "les organisateurs ont refusé que s'invite Forsane Alizza", une organisation radicale interdite par le ministère de l'Intérieur, qui appelait également au rassemblement sur son site internet. 

Sabrina doit comparaître devant le tribunal correctionnel de Pontoise le 1er août pour outrage et rébellion.

source : Le Parisien

Les commentaires sont fermés.