Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 décembre 2011

Gonesse : Huit employés séquestrés à l'arrière d'un fourgon

carte-val-oise.jpgMercredi 23 novembre vers 12h45, un transporteur de la société France Export quittait l'entrepôt de la rue Chauvart lorsqu'un véhicule utilitaire et un camion ont pénétré dans la cour. Cinq hommes en sont sortis. Ils étaient cagoulés, gantés et portaient des blousons avec la mention Police...


Munis de revolvers et d'une grosse bombe à gaz lacrymogène, ils se sont précipités vers l'employé et l'ont frappé en lui réclamant les clés de l'entreprise, spécialisée dans les chaussures et les vêtements en gros. Deux emplyés d'une société voisine, qui arrivaient à hauteur des quais de chargement, ont également été menacés et conduits de force vers le chauffeur-routier, dans la partie arrière d'un fourgon. Cinq de ses collègues ont subi le même sort : alors qu'ils sortaient du bâtiment, ils ont été mis en joue par les malfaiteurs et rassemblés avec les trois premières victimes, dans le fourgon.

C'est une secrétaire de la société, témoin de la scène, qui a dénoué la situation, en téléphonant à la police depuis son bureau. Un policier de la BAC qui se trouvait dans le secteur a reçu l'alerte radio. Il était seul dans sa voiture, mais s'est quand même rendu sur place. Son arrivée devant le rue de la société de la rue Chauvart a déjoué les plans des malfaiteurs, qui ont pris la fuite à pied, abandonnant leurs deux véhicules dans la cour. Le policier les a poursuivis en voiture.

Il a expliqué que l'un des malfaiteurs, tout en prenant le fuite, s'était retourné, et avait pointé son arme en direction de sa voiture. Le policier, néanmoins, est parvenu à le bloquer avec son véhicule contre un grillage, au fond d'un cul-de-sac. L'homme est âgé d'une trentaine d'années et est originaire des Hauts-de-Seine. Ses quatre complices ont réussi à prendre la fuite. Ils sont toujours recherchés par la PJ de Cergy, en charge du dossier. 

source : La Gazette du Val d'Oise

Les commentaires sont fermés.