Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 18 novembre 2011

Fosses : Meurtre au cimetière

cimetire.jpgLe corps d’une femme a été retrouvé devant la tombe d’un jeune de Fosses, tué lors d’un affrontement entre bandes. L’hypothèse du meurtre ne fait aucun doute.


Le mystère restait entier hier après la découverte, mercredi après-midi, du cadavre d’une jeune femme de 23ans dans le petit cimetière de Fosses. Les gendarmes mobilisent des moyens importants pour faire avancer l’enquête.

Un hélicoptère de la gendarmerie a survolé le site et la région hier après midi.
Dans le même temps, les enquêteurs ont fait venir sur place un des six chiens de Saint-Hubert dont dispose la gendarmerie. Venu de Beynes (Yvelines), ce chien est capable de retrouver une trace plusieurs jours après les faits, bien au-delà des capacités des bergers malinois utilisés généralement par les équipes cynophiles. 

Depuis la découverte du corps, les militaires passent au crible le petit cimetière tranquille du vieux Fosses, situé à deux pas de la mairie, à la recherche du moindre indice pouvant les conduire sur la piste du ou des meurtriers. Hier, en effet, l’hypothèse d’un homicide ne faisait plus aucun doute.

C’est vers 15 h 30, mercredi, que la jeune femme a été retrouvée, allongée dans l’allée basse du cimetière, le corps recouvert d’un manteau. Du sang a été retrouvé autour d’elle. La nature des blessures n’était pas précisée hier, mais le procureur adjoint de Pontoise, Erick Maurel, qui s’est déplacé mercredi sur les lieux, soulignait que « les violences dont la jeune femme a été victime sont extrêmement importantes ». La tête a notamment été touchée.

L’identité de la victime a pu être établie. Il s’agit d’une jeune femme âgée de 23 ans, originaire de Guinée-Conakry, qui résidait à Villepinte (Seine-Saint- Denis) et travaillait dans une école. L’autopsie qui va être conduite devrait préciser les causes de sa mort et l’arme employée.

Autre élément troublant dans cette affaire : le corps de la jeune femme a été retrouvé, face à la tombe d’Adrien Debray. Surnommé Deb Deb par ses amis, ce jeune de19 ans avait trouvé la mort à Sannois le 13 janvier 2010. Impliqué dans un affrontement entre bandes de Sannois, pour avoir voulu donner un coup demain à un ami, il a été tué de multiples coups de couteau et de katana, un sabre japonais.

« Il apparaît que la jeune femme venait régulièrement se recueillir sur sa tombe. Elle a peut-être connu Adrien Debray. Mais sa présence au cimetière peut également être le fruit du hasard. Il est impossible pour l’instant d’en tirer une conclusion, trop tôt pour établir un lien objectif », précise le procureur adjoint, qui ne privilégie aucune piste particulière.

Il attend beaucoup des résultats de l’autopsie et des investigations menées par les hommes de l’IRCGN (Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale) « qui fait un travail approfondi des lieux».

Depuis mercredi, les accès au cimetière sont bouclés, les hommes en treillis de la garde républicaine quadrillent les alentours.

source : Le Parisien

Les commentaires sont fermés.