Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 30 septembre 2011

Goussainville : les bus évitent la cité des Grandes-Bornes

bus-feu-300x168.jpgDes jeunes aux visages masqués par de grosses lunettes de soleil et des capuches qui s’engouffrent précipitamment dans un bus et s’attaquent au chauffeur sans autre forme de discussion : la violente agression subie hier midi par un conducteur des Courriers d’Ile-de- France (CIF) à Goussainville s’est déroulée selon le même scénario que celle qui a touché un de ses collègues la semaine dernière, au même arrêt desservant la cité des Grandes- Bornes.

Une situation qui amène les CIF à mettre en place des déviations pour éviter la cité.


 

« Cela fait six mois que ça se dégrade et c’est la deuxième agression en six jours, avec le même mode opératoire », s’inquiète le secrétaire du comité d’hygiène et de sécurité (CHSCT) de l’entreprise. Pour dénoncer le « danger qui pèse sur les salariés qui vont travailler la boule au ventre », le CHSCT a émis un « droit d’alerte ». « Les conducteurs sont pris par surprise, il s’agit de véritables guet-apens », estime le syndicaliste. Selon les images de vidéosurveillance qu’il a pu visionner, « il semblerait que ce soit les mêmes agresseurs, âgés de 18-20 ans, qui s’en prennent au chauffeur à coups de poing et de gaz lacrymogène ».

 

Vendredi dernier, vers 17 heures, c’était sur la ligne 32, qui relie Goussainville à Roissy-Pôle. La victime a subi six jours d’arrêt de travail. Hier midi, c’est le conducteur de la ligne 11 (Goussainville -Saint-Denis-Porte de Paris) qui a été blessé. L’employé des CIF, âgé de 22 ans, a été secouru par les pompiers et soigné à l’hôpital. Les médecins lui ont signifié onze jours d’arrêt de travail. La victime et l’entreprise ont déposé plainte. Huit passagers du bus ont aussi été incommodés par le gaz lacrymogène. Un passager a été lui aussi amené aux urgences.

 

 La compagnie confirme par ailleurs que ses lignes évitent désormais la cité des Grandes-Bornes et desservent l’arrêt Descartes, « seulement à certaines heures », précise le directeur. « On remonte toujours sur la cité Ampère, souligne un agent. En coupant par les espaces piétonniers, les usagers ne devraient pas être trop pénalisés. » Pour apaiser les tensions, l’équipe de médiateurs des CIF a été renforcée sur les trois lignes concernées. « On ne connaît pas encore les motivations, ce sont des agressions physiques sans vol ni altercation, s’étonne le secrétaire du CHSCT. Pour le moment, on prend des mesures de précaution et on essaie de comprendre ce qui se passe, pour savoir si ça va durer. »

 

source : Le Parisien

 

 

Contacté par nos soins, un employé du CIF précise qu'il s'agissait de "trois" individus, qui auront donc suffit à faire dévier des lignes de bus et à pénaliser les usagers.

 

Quels mesures le Maire ou le Préfet ont-ils pris ? Qu'attendent-ils ? Qui fait la loi dans ces quartiers ? Quels ordres reçoit la police ?...

 

Notons pour l'anecdote que Monsieur Alain Louis, maire PS de Goussainville s'exclamait le 1er juillet 2005  à propos de la condamnation de Monsieur Hermanville (UMP)  "Si on voulait ironiser, on dirait que cette majorité municipale a d’une certaine manière un certain goût pour les condamnations en Justice. Malheureusement l’heure n’est pas à l’ironie. Elle est à la désolation de voir une fois de plus le nom de notre ville «  Goussainville » présent dans les journaux mais à la rubrique judiciaire."
 

 

http://ps-goussainville.over-blog.com/article-1308192.html

Il est vrai que dans le journal "Tous unis, tous pourris" vous avez tous les deux votre rubrique. "Judiciaire" pour l'un,  "clientélisme, préference étrangère et zone de non-droit" pour l'autre. À chacun son style !

Il m'arrive souvent de rêver de ce jour ou les peuples se réveilleront monsieur Louis, et vous serez alors parmi ceux qu'on appellera "traître".  Ma conscience m'empêche cependant d'imagnier ce qui vous arrivera ce jour là...

Les commentaires sont fermés.