Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 20 septembre 2011

Garges : Tension entre bandes après le meurtre de la gare

 

_008_09_04_gare_RER_garges_sarcelles.jpgUn jeune de Garges a été tué à l’arme blanche dans la nuit de samedi à dimanche sur le parvis de la gare RER de Garges-Sarcelles. La nuit suivante, les policiers ont déjoué des expéditions punitives.

 


Il est 1h30, dimanche, lorsque la victime s’écroule sur le parvis de la gare RER de Garges-Sarcelles. Ce jeune homme, âgé de 19 ans, domicilié dans le quartier Lamartine, à Garges, vient d’être rattrapé par plusieurs personnes qui le poursuivaient. Selon les premiers éléments recueillis, il n’a pas eu le temps de lutter : il est aussitôt frappé par une arme blanche avant d’être laissé sur place par ses agresseurs dont le nombre n’était pas connu hier soir.

 

 

Alertés par des témoins, les secours interviennent rapidement mais ne pourront pas sauver la victime. Le jeune homme présente deux larges plaies au flanc droit et décède des suites de ses blessures. Les secours ont tenté l’impossible sur place pendant trois quarts d’heure. Le procureur s’est déplacé sur les lieux de l’agression mortelle alors que les services de police sécurisaient le secteur, mobilisés en nombre afin de prévenir tout risque d’affrontement dans le quartier.

L’origine des faits n’était pas connue hier soir. Il pourrait s’agir d’un différend entre des jeunes du quartier Lamartine et du quartier de la Muette qui a dégénéré. La brigade criminelle de la DRPJ Versailles a été saisie de l’enquête.

Au lendemain du meurtre, dans la nuit de dimanche à lundi, des incidents sérieux entre jeunes ont failli éclater. Vers minuit, les policiers sont avertis qu’une rixe se prépare dans le quartier Lamartine. Trois personnes âgées d’une vingtaine d’années sont interpellées, en possession d’une batte de base-ball, d’un bâton et d’un hachoir.

Une heure plus tard, le scénario se répète. Des jeunes sont signalés au niveau de la piscine de Garges. Lorsque les forces de l’ordre arrivent, quatre personnes, la vingtaine également, s’enfuient et tentent de trouver refuge dans un immeuble. Mais elles sont rattrapées et interpellées. Dans leur fuite, elles s’étaient débarrassées d’un couteau et d’une bombe lacrymogène.

L’enquête concernant ces violences urbaines a été confiée à la sûreté départementale du Val-d’Oise.

Hier soir, la crainte de nouveaux affrontements restait entière. « On croise les doigts », confie le maire UMP de Garges, Maurice Lefèvre, qui a mobilisé ses équipes d’éducateurs sur les quartiers, les associations de médiation et de prévention. « On ne peut pas dire que tout va bien. Mais on ne peut pas dire non plus que la situation est tendue au point de réclamer des renforts tout de suite et en nombre. Nous ne savons pas ce qui est à l’origine du drame. Nous avons été surpris. Il y a toujours un peu de tension entre Lamartine et la Muette. Mais ce n’était pas au point d’en arriver à des faits aussi graves. »

 

source : Le Parisien

Les commentaires sont fermés.